Mon auteur idéal serait une sorte de synthèse de la tension atmosphérique de Poe, de la gamme cosmique et de la luxuriante invention de Dunsany, des implications touchantes de Machen et de l’irréalisme convaincant à couper le souffle d’Algernon Blackwood.
H. P. Lovecraft, à Clark Ashton Smith, 26 mars 1931
J'aimerais qu'il y ait un seul écrivain avec le génie de Poe, l'étendue imaginative de Blackwood et la prose magique de Dunsany !
H. P. Lovecraft, à August Derleth, 30 avril 1932

Ambrose Bierce

Bierce réalise rarement les possibilités atmosphériques de ses thèmes aussi vivement que Poe ; et une grande partie de son travail contient une certaine naïveté, une angularité prosaïque ou un provincialisme américain primitif qui contraste quelque peu avec les efforts des futurs maîtres de l'horreur. Néanmoins, l'authenticité et le talent artistique de ses ténèbres sont toujours indéniables, de sorte que sa grandeur ne risque aucunement d'être éclipsée.
H. P. Lovecraft, "Horreur et Surnaturel en Littérature"

NdT : Ambrose Bierce (1842 – 1913 ou 1914) était un écrivain et journaliste américain. Il est essentiellement connu comme l'auteur du « Dictionnaire du Diable » et de nouvelles d'humour noir relevant fréquemment du genre fantastique, dont la plus célèbre est « Ce qui se passa sur le pont de Owl Creek ».

Argernon Blackwood

À part Poe, je pense qu'Algernon Blackwood me touche le plus étroitement - et ceci malgré les océans de puérilité non soulagée qu'il répand si fréquemment. Je suis assez dogmatique pour appeler "The Willows" la plus belle histoire étrange que j'aie jamais lue, et je trouve dans la matière de "Incredible Adventures" & "John Silence" une compréhension sérieuse et sympathique du processus de tissage d'illusions humaines qui rend Blackwood bien meilleur en tant qu'artiste créatif que bien d'autres artisans de la maîtrise des mots et de la technique générale…
H. P. Lovecraft, à Vincent Starrett, 6 décembre 1927
En fait, il analyse et reproduit fidèlement les détails de l'illusion humaine persistante d'un monde brumeux de merveilles de couleurs variées, de lois naturelles transcendées, de possibilités illimitées, de découvertes ravies et de débordements aventureux incontrôlables. Dans la production volumineuse de Blackwood, seul un minimum le représente à son meilleur, mais c'est si merveilleux que nous pouvons très bien lui pardonner toute sa boue. Je suis fermement convaincu que sa plus longue nouvelle, "The Willows", est la plus grande histoire étrange jamais écrite ("Le Peuple Blanc" de Machen est une bonne seconde). Peu est dit, tout est suggéré !
H. P. Lovecraft, à Fritz Leiber, 9 novembre 1936
Il est prudent de dire que Blackwood est le plus grand auteur fantastique vivant malgré les inégalités et un style de prose médiocre.
H. P. Lovecraft, à Willis Conover, 10 janvier 1937

NdT : Algernon Blackwood (1869 – 1951) est un écrivain et journaliste britannique. À l'âge de 21 ans, il vit en Amérique où il exerce différents métiers (fermier au Canada, puis gérant d'hôtel, mannequin et barman à New York), ainsi que journaliste pour le New York Times. Dans la trentaine, il revient en Angleterre et se lie d'amitié avec le poète et dramaturge William Butler Yeats et devient membre, sans être un adepte, du Golden Dawn, une société secrète britannique consacrée à l'étude des sciences occultes qui apparaît dans certains de ses récits.

Il amorce une carrière d'écrivain fantastique en 1906, dans une veine nettement orientée vers l'horreur. Ses œuvres furent une source d'inspiration importante pour le mouvement gothique. Le détective John Silence, créé par Blackwood en 1908 et surnommé « le Sherlock Holmes du surnaturel », enquête dans quelques récits qui mêlent adroitement fantastique et intrigue policière.

Robert W. Chambers

Je pense que "Le Signe Jaune" est le produit le plus fascinant de la plume de Chambers, et l’un des plus grands récits étranges jamais écrits. L’atmosphère couvante est en fait extraordinaire. "The Harbour Master" m'a donné un sacré coup de poing en 1926 quand je l'ai lu...
H. P. Lovecraft, à J. Vernon Shea, 28 janvier 1933

NdT : Robert William Chambers (1865 – 1933) est un écrivain américain, célèbre à son époque comme auteur de romans-feuilletons et de best-sellers, et reconnu aujourd'hui comme un des grands noms de la nouvelle fantastique, notamment pour son recueil "Le Roi en jaune".

Walter de la Mare

De la Mare peut être extrêmement puissant quand il le choisit et je souhaite seulement qu’il choisisse plus souvent. Ne manquez pas le volume de nouvelles intitulé "The Return", en particulier "Seaton's Aunt", "The Tree" et "Out of the Depths". Je fais de la place pour Walter dans mon article.
H. P. Lovecraft, à Frank Belknap Long, 11 juin 1926

NdT : Walter John de la Mare (1873 - 1956) est un écrivain britannique, auteur de romans et de nouvelles, aussi connu pour ses livres pour enfants et son poème "The Listeners".

Lord Dunsany

De Dunsany, j’aime surtout les "Contes du Rêveur". Les pièces me tiennent moins que des histoires, et le nouveau travail de Dunsany a moins d’attrait en raison de la note croissante d’ironie visible, d’humour et de sophistication. J'espère que "Don Rodriguez" représente un retour à l'humeur antérieure. J'ai vu Dunsany en 1919, lorsqu'il a donné une conférence à Boston. Il est la personne la plus saine et la plus charmante imaginable.
H. P. Lovecraft, à Clark Ashton Smith, 11 janvier 1923
Vraiment, Dunsany m’a influencé plus que quiconque à part Poe : sa langue riche, son point de vue cosmique, son monde de rêves lointain et son sens exquis du fantastique, m’attirent plus que toute autre chose dans la littérature moderne. Ma première rencontre avec lui, à l'automne de 1919, donna un élan immense à mes écrits. peut-être le plus grand qu'il ait jamais eu…
H. P. Lovecraft, à Clark Ashton Smith, 30 juillet 1923
Dunsany ne traite pas beaucoup d'horreur, mais tisse une beauté fantastique étrangement puissante qui tire ses racines du mythe et du folklore primitifs. Je ne connais aucun autre écrivain qui ouvre si magiquement les portes enchantées du coucher du soleil des mondes secrets et éthérés. Il y a une dizaine d'années, il m'a beaucoup influencé - ma période du "Bateau Blanc" (The White Ship) - et si cela vous plaisait, vous aimeriez encore mieux Dunsany lui-même. Je serais enclin à vous conseiller de lire ses "Dieux de Pegana" (Gods of Pegana), "Le Récit d’un Rêveur" (A Dreamer's Tale), "L’épée de Welleran" (The Sword of Welleran), "Le Livre des Merveilles" (The Book of Wonder), et "Le Temps et les Dieux" (Time and the Gods). C'est de la musique pure, de la couleur, de l'extase et des rêves.
H. P. Lovecraft, à Miss Elizabeth Toldridge, 21 février 1929

NdT : Edward John Moreton Drax Plunkett, 18e baron de Dunsany, est un écrivain irlandais né le 24 juillet 1878 à Londres et mort le 25 octobre 1957 à Dublin. Ses œuvres sont publiées sous le nom de Lord Dunsany. Auteur de nouvelles, romans, pièces de théâtre, poèmes et essais, il est considéré comme l'un des fondateurs de la fantasy moderne.

M. R. James

M. R. James rejoint le vif, la lumière, du plus banal au plus bizarre comme n'importe qui pourrait le faire ; mais si un autre essayait la même méthode, ses chances seraient de dix contre un. L'élément le plus précieux en lui - en tant que modèle - est sa façon de tisser une horreur dans le tissu quotidien de la vie et de l'histoire, la faire émerger naturellement de la myriade des conditions d'un environnement ordinaire...
H. P. Lovecraft, à Emil Petaja, 6 mars 1935

NdT : Montague Rhodes James, né le 1er août 1862 à Goodnestone, près de Douvres, dans le Kent, et mort le 12 juin 1936 à Eton, Berkshire, est un écrivain anglais, auteur de récits fantastiques qu'il signe toujours M. R. James.

Spécialiste de littérature médiévale et passionné d'archéologie, il est toutefois resté célèbre pour ses contes fantastiques, souvent en prise directe avec ses propres passions : l'histoire anglaise, les recherches archéologiques1 et la bibliophilie. Bien moins connu que ses contemporains américains, le docteur James est peut-être le plus subtil dans son approche du surnaturel et de la peur inscrite dans le quotidien et le trivial de la vie ordinaire.

Arthur Machen

Machen est un Titan - peut-être le plus grand auteur vivant - et je dois tout lire de lui.
H. P. Lovecraft, à Frank Belknap Long, 3 juin 1923
… Il y a chez Machen une extase de peur que tous les autres hommes vivants sont trop obtus ou trop timides pour capturer, et que même Poe n'a pas réussi à envisager dans toute sa plus brutale anomalie. Comme vous le dites, il est plus fort que notre Eddie dans sa capacité à suggérer l'indicible. Cependant, je ne peux pas le considérer comme aussi grand qu’un artiste en général, car sa narration manque de la force implacable et de l’impressivité unifiée qui font de chaque œuvre de Poe un délire concentré. En tant qu'essayiste, je ne sais absolument rien de Machen, mais je ne lui demande rien de plus que d'avoir écrit "les trois Imposteurs" (The Three Imposters).
H. P. Lovecraft, à Frank Belknap Long, 8 janvier 1924
Chez Machen, l’histoire la plus subtile "Le Peuple Blanc" (The White People) est sans aucun doute la plus grande, même si elle n’a pas les terreurs tangibles et visibles de "Le Grand Dieu Pan" (The Great God Pan) ou de "La Poudre Blanche" (The White Powder).
H. P. Lovecraft, à Robert E. Howard, 4 octobre 1930

NdT : Arthur Llewelyn Jones, dit Arthur Machen (1863 - 1947), est un écrivain britannique. Ses romans ont souvent pour objet le « petit peuple », c'est-à-dire tout un folklore féerique (fées, lutins, etc.) qu'il développe sur le mode de la peur. L'auteur insiste particulièrement sur le caractère autre de ce monde...

Gustav Meyrink

J’ai aussi prêté "Le Golem" de Gustav Meyrink, prêté par le petit Bobby Barlow. La chose la plus magnifique et la plus étrange que je connaisse depuis des lustres !
H. P. Lovecraft, à James F. Morton, 4 avril 1935

NdT : Gustav Meyrink (1868 - 1932) est un écrivain autrichien (connu aussi sous le nom de Meier). Il est l'un des principaux représentants de la littérature fantastique de langue allemande. Ses œuvres sont influencées par les sciences occultes, dont il était adepte, étant martiniste. Son oeuvre la plus connue est "Le Golem", écrit en 1915.

Edgar Allan Poe

Quand j'écris des histoires, Edgar Allan Poe est mon modèle.
H. P. Lovecraft, à Rheinhart Kleiner, 20 janvier 1916
Mais Poe était mon dieu de la fiction !
H. P. Lovecraft, à Rheinhart Kleiner, 2 février 1916
Comme Poe m'a touché plus que tous les autres auteurs d'horreur, je ne peux jamais sentir qu'un conte commence bien s'il n'a pas quelque chose de semblable à lui. Je ne pourrai jamais me plonger brusquement dans une chose, comme le font les écrivains populaires. À mon sens, il est nécessaire d'établir un cadre et une voie d'approche avant que le spectacle principal ne puisse commencer de manière adéquate.
H. P. Lovecraft, à Clark Ashton Smith, 18 novembre 1930
Poe m'a probablement influencé plus que toute autre personne. Si j’ai jamais été capable d’appréhender son genre de sensations fortes, c’est seulement parce qu’il a lui-même ouvert la voie en créant toute une atmosphère et une méthode que des hommes moins expérimentés peuvent suivre avec une relative aisance.
H. P. Lovecraft, à J. Vernon Shea, 19 juin 1931
A côté de Blackwood, Poe se démarque par son sérieux et son caractère convaincant - bien que ses thèmes tendent à être centrés sur les manifestations limitées de la terreur terrestre et sur les sinistres rebondissements de la psychologie humaine morbide. En effet, il transcende probablement Blackwood et tous ses rivaux, c'est-à-dire que ce qu'il dit est raconté avec un art puissant et une force démoniaque que personne d'autre ne peut même approcher.
H. P. Lovecraft, à Fritz Leiber, 9 novembre 1936

NdT : Edgar Allan Poe (1809 - 1849) est un poète, romancier, nouvelliste, critique littéraire, dramaturge et éditeur américain, ainsi que l'une des principales figures du romantisme américain. Connu surtout pour ses contes — genre dont la brièveté lui permet de mettre en valeur sa théorie de l'effet, suivant laquelle tous les éléments du texte doivent concourir à la réalisation d'un effet unique — il a donné à la nouvelle ses lettres de noblesse et est considéré comme l’inventeur du roman policier. Nombre de ses récits préfigurent les genres de la science-fiction et du fantastique.

M. P. Shiel

L'un de mes préférés est M. P. Shiel, dont "The House of Sounds" est un merveilleux tour de force comparable à son évident modèle Poesque, "la Chute de la Maison Usher" (The Fall of the House of Usher). La première moitié du roman de Shiel, "The Purple Cloud", est également un travail vraiment formidable.
H. P. Lovecraft, à Fritz Leiber, 9 novembre 1936

Clark Ashton Smith

Smith est un Baudelaire américain, un maître des mondes macabres que personne d'autre n'a jamais foulé.
H. P. Lovecraft, à Rheinhart Kleiner, 14 décembre 1921

NdT : Clark Ashton Smith (1893 - 1961) est un artiste, poète et écrivain américain de fantasy, horreur et science-fiction, et un grand ami de H. P. Lovecraft. Ses oeuvres se démarquent de celles des autres membres du cercle lovecraftien par ce qu'elles bannissent les scènes de combats et les démonstrations de force physique (contrairement à Robert E. Howard) et mettent le plus souvent en scène des sorciers, démons, vampires, au milieu de décors plus somptueux, de mondes perdus et oubliés.